Vergetures et Laser - Conseils santé et beauté - Beauté Mag - Synbionyme

Les vergetures sont des lésions cutanées bénignes parmi les plus courantes et causent souvent un important préjudice esthétique.

Bien que les stries rubrae soient érythémateuses, parfois œdémateuses, les stries albae sont des cicatrices atrophiques déprimées avec une surface plissée.

On distingue 2 phases d’évolution des vergetures

  • Une phase inflammatoire avec des stries d’aspect rouge violacé parfois œdémateuses  (stria rubrae)
  • Une phase cicatricielle avec des stries blanches et atrophique déprimées avec une surface plissée (stria albae)

Les vergetures sont le résultat de perturbations du réseau de fibres dermiques. Le fait que le problème se situe en profondeur explique pourquoi les traitements locaux sont de peu d’utilité en dehors de l’acide rétinoïque à 0,1% qui a montré une certaine efficacité.

Le perfectionnement des lasers non ablatifs permet aujourd’hui d’apporter des solutions satisfaisantes.

Faisons le point

Introduction

Une des principales causes d’apparition de vergetures est la grossesse. On estime que les vergetures touchent entre 50 et 90% des femmes enceintes.  Elles sont également observées dans d'autres conditions, telles que

  • une prise de poids rapide (obésité),
  • une hypertrophie musculaire (bodybuilders),
  • des maladies endocriniennes (telles que le syndrome de Cushing),
  • une augmentation mammaire
  • une conséquence  de l'abus d’utilisation de corticostéroïdes topiques.

Les vergetures sont le plus souvent observées sur les cuisses, l'abdomen, les seins et le haut des bras chez les hommes. [1,2,3,4,5,6]

Chez les femmes enceintes, il existe quelques facteurs prédisposant aux vergetures comme :

  • le jeune âge,
  • des antécédents maternels et familiaux de vergetures
  • une augmentation du poids avant la grossesse et avant l'accouchement,

La cause la plus importante consiste en une perturbation du réseau normal de fibres élastiques. Des fibrilles courtes, désorganisées, minces et filiformes émergent dans le derme et persistent pendant la période post-partum sans réussir à former des fibres élastiques d'apparence normale.

La perturbation du réseau de fibres d'élastine entraîne des changements dans les propriétés viscoélastiques de la peau, qui est nettement moins ferme, moins élastique et moins déformable que la peau normale.

On observe aussi une modification de la structure des fibres de collagène dans le derme avec des faisceaux de collagène parallèles.

Enfin, la pigmentation de la peau est significativement plus faible dans les vergetures par rapport à la peau adjacente. [7]

Les cibles de traitement sont la production cutanée de collagène, la vascularisation (dans les stries rubrae), les rides et la rugosité de la peau. [8]     

Quels sont les effets des traitements laser ?

Les lasers vasculaires ont un effet bénéfique, car l'hémoglobine fonctionne comme un chromophore pour des lasers spécifiques agissant sur la vascularisation.

Le tableau ci dessous résume les résultats de plusieurs études

 

Résultats

Il en ressort que les différents lasers utilisés permettent d’améliorer l’aspect de vergetures et que la réponse clinique est meilleure dans les vergetures précoces.

La disparition complète des lésions est très rare et semble être parfois obtenue dans certaines zones isolées de vergetures récentes. Par conséquent, il est essentiel de commencer le traitement le plus tôt possible.

Il y’a peu de complications si l’utilisateur est expérimenté, même chez les chez les patients à la peau foncée.

LE LASER

Le mot laser signifie Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation, soit en français amplification de lumière par émission stimulée de rayonnement.

Le  laser est une source d'une lumière constituée de photons ayant une seule longueur d’onde et émis dans une seule direction.

Il existe différents lasers selon la longueur d'onde émise. Le laser pour l’épilation émet des photons d'une longueur d'onde spécifique au pic d'absorption de la mélanine des poils.

Le laser vasculaire émet des photons dont la longueur d'onde fait qu'ils sont absorbés par l'hémoglobine des globules rouges dans le sang.

L'absorption des photons par leur cible (mélanine, hémoglobine…) provoque sa destruction par absorption de chaleur : elle est en quelque sorte « brulée ».

Prévenir les vergetures?

Il n'existe pas vraiment de remède pour prévenir les vergetures Pour lutter contre les vergetures. Il est néanmoins important de contrôler son poids, tout particulièrement en début de grossesse, bien hydrater sa peau matin et soir et éviter de se laver avec des produits agressifs qui ne respectent pas l’équilibre et les barrières de la peau.

Références

 

1. Piérard-Franchimont C, Peters S, Hermanns JF, Lesuisse M, Saint-Léger D, Piérard GE. Striae distensae, colors and mechanobiology. Rev Med Liege. 2014;69:151–4. [PubMed] [Google Scholar]

2. Wollina U, Dreβ;ler M, Lohmann T. Bariatric surgery - A dermatologic perspective. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2015;29:835–41. [PubMed] [Google Scholar]

3. Wollina U, Pabst F, Schönlebe J, Abdel-Naser MB, Konrad H, Gruner M, et al. Side-effects of topical androgenic and anabolic substances and steroids. A short review. Acta Dermatovenerol Alp Pannonica Adriat. 2007;16:117–22. [PubMed] [Google Scholar]

4. Tsai TL, Castillo AC, Moliver CL. Breast striae after cosmetic augmentation. Aesthet Surg J. 2014;34:1050–8. [PubMed] [Google Scholar]

5. Valente DS, Zanella RK, Doncatto LF, Padoin AV. Incidence and risk factors of striae distensae following breast augmentation surgery: A cohort study. PLoS One. 2014;9:e97493. [PMC free article] [PubMed] [Google Scholar]

6. Chan WY, Akhtar S, Phipps AR. Striae distensae in tissue-expanded skin in the upper arm. Ann Plast Surg. 2006;57:240–1. [PubMed] [Google Scholar]

7. Stamatas GN, Lopes-DaCunha A, Nkengne A, Bertin C. Biophysical properties of striae distensae evaluated in vivo using non-invasive assays. Skin Res Technol. 2015;21:254–8. [PubMed] [Google Scholar]

8. Hague A, Bayat A. Therapeutic targets in the management of striae distensae: A systematic review. J Am Acad Dermatol. 2017;77:559, 568.e18. [PubMed] [Google Scholar]

 

9. Shokeir H, El Bedewi A, Sayed S, El Khalafawy G. Efficacy of pulsed dye laser versus intense pulsed light in the treatment of striae distensae. Dermatol Surg. 2014;40:632–40. [PubMed] [Google Scholar]

10. Suh DH, Chang KY, Son HC, Ryu JH, Lee SJ, Song KY. Radiofrequency and 585-nm pulsed dye laser treatment of striae distensae: A report of 37 Asian patients. Dermatol Surg. 2007;33:29–34. [PubMed] [Google Scholar]

11. Jiménez GP, Flores F, Berman B, Gunja-Smith Z. Treatment of striae rubra and striae alba with the 585-nm pulsed-dye laser. Dermatol Surg. 2003;29:362–5. [PubMed] [Google Scholar]

12. Goldman A, Rossato F, Prati C. Stretch marks: Treatment using the 1,064-nm nd:YAG laser. Dermatol Surg. 2008;34:686–91. [PubMed] [Google Scholar]

13. Elsaie ML, Hussein MS, Tawfik AA, Emam HM, Badawi MA, Fawzy MM, et al. Comparison of the effectiveness of two fluences using long-pulsed nd:YAG laser in the treatment of striae distensae. Histological and morphometric evaluation. Lasers Med Sci. 2016;31:1845–53. [PubMed] [Google Scholar

14. de Angelis F, Kolesnikova L, Renato F, Liguori G. Fractional nonablative 1540-nm laser treatment of striae distensae in fitzpatrick skin types II to IV: Clinical and histological results. Aesthet Surg J. 2011;31:411–9. [PubMed] [Google Scholar]

15. Stotland M, Chapas AM, Brightman L, Sukal S, Hale E, Karen J, et al. The safety and efficacy of fractional photothermolysis for the correction of striae distensae. J Drugs Dermatol. 2008;7:857–61. [PubMed] [Google Scholar]

16. Wanitphakdeedecha R, Meeprathom W, Manuskiatti W. A pilot study of treatment of striae distensae with variable square pulse Erbium: YAG laser resurfacing. J Cosmet Dermatol. 2017;16:466–70. [PubMed] [Google Scholar]

17. Lee SE, Kim JH, Lee SJ, Lee JE, Kang JM, Kim YK, et al. Treatment of striae distensae using an ablative 10,600-nm carbon dioxide fractional laser: A retrospective review of 27 participants. Dermatol Surg. 2010;36:1683–90. [PubMed] [Google Scholar]